Bản Tin Liên Hội Nhân Quyền Việt Nam ở Thụy Sĩ

Hát với Solidarność (1)

1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

 

Chanter avec SOLIDARNOŚĆ

...

Ô Polska! Polska! Ma Polska insoumise
Au plus profond de tes infortunes, je te sais une bravoure infinie
À l'image des assassinés, des disparus, nos défenseurs inconnus
Ma mémoire, sur l'heure, s'illumine
Me donne les forces de vie, des millénaires historiques
Me donne du calme, pour achever le poème indigné.
Vous qui, jusqu'alors, n'avez osé défendre les sentiments humains
Approchez! Approchez au plus près!
Regardez la vérité d'aujourd'hui
Ne la taisez pas, ne lui tournez pas le dos
Ne baissez pas la tête, complices.
Écoutez!
Des coups de bottes de Zomo font sauter les portes
Le tumulte des persécutions, comme si l'on pourchassait le gibier
Des claquements de fouets, de matraques, en furie
Le grincement des dents. Des pleurs d'enfants
Des appels au secours de femmes pour leurs maris
Le bruit strident des chenilles métalliques de chars d'assaut
Implacablement écrasantes.
Ô les limbes de cristal des âmes innocentes!
On bouche le gosier. On se débat. On crie à bout de force
On étrangle la gorge. On rit. Grossier!
Tandis que les giboulées de neige se précipitent
Accablantes, comme un temps d'orage
L'heure s'arrête. L'Univers se tait.
Or de loin, les coups de feu ne cessent de crépiter
Ils avancent en même temps que la nuit
Nuit de Guernica... Nuit d'Oradour...Nuit d'Auschwitz
Après la Tchécoslovaquie, trahie à Munich
S'ensuit la nuit de Pologne.
De tous ces événements tragiques qui s'enchaînent et font dates
Nous ne pouvons en omettre aucun
À Wujek, l'ennemi a tiré droit sur nos frères ouvriers
À Gdansk aussi, par les balles soviétiques, le sang a coulé.
Mère de Polska! Laisse-moi donc sécher tes larmes
Partager la plaie profonde qui déchire ton cœur
Je sais bien que je vais mourir, une fois de plus
La face reposée sur les épaules de mes frères bien-aimés.
La ferveur constante de la Fraternité
Réfléchissant le halo lumineux du Soleil de vérité
Se cristallisera en sel efflorescent 
Qui va dissoudre la couche de sang noir verglacé
Au bord de la Baltique.
Le sang des innocents, victimes du fascisme rouge
La nuit funeste d'état de siège, au couvre-feu
Se reflète sur la physionomie d'un peuple en deuil.
Jeune soldat de Polska, ne les entends-tu pas?
Goutte à goutte, sur chaque touche de ses préludes
Chopin épanche ses chaudes larmes
Les larmes de l'Amour humain qui débordent de son cœur
On dirait les cris de douleur de l'oiseau égaré, l'aile brisée!
Aussi, le gai petit ruisseau familier
Change-t-il son gazouillement sur un ton plaintif
Quand le Chopin Express approche de la zone minière
La sirène funèbre remplace le tintement du glas.
Ô Ciel! Jusqu'à Toi, montent les atrocités criminelles
D'une meute d'assassins, traîtres à leur patrie!
Frère de Polska, ne t'en souviens-tu pas?
Combien de miroirs resplendissants...
Pologne des enfants dignes de la nation
Varsovie avait signé la défaite de l'Armée bolchevik
À la Vistule, de nouveau, ils seront vaincus.

Cette nuit, au fond du gouffre infernal
Notre conviction s'accroît. La vie refleurira, demain
Nous nous en reviendrons, main dans la main, célébrer nos retrouvailles.
L'épi, la rose: parfums et beautés de l'avenir
Jeune enfance, tu ne plieras plus tes genoux
Pour cirer les chaussures
On ne vivra plus sa vie, sans dignité.
Peindre la Paix, ne se fera plus derrière les barbelés
Plus de camps de rééducation infamante, aux travaux forcés
Ni le mur de la honte
L'arche de la Tolérance sera rétablie entre les cœurs de l'homme.
Les asiles psychiatriques
N'obséderont plus la conscience des intellectuels
Osant dire la vérité sur l'impérialisme et  ses subordonnés fantoches.
Poètes, écrivains, journalistes
Nous ne courberons plus jamais nos plumes
Cette volonté, nous allons l'affûter; nous allons l'approfondir
Sans abandonner.

Chantons avec la Pologne, chantons avec le Viêt Nam
Chantons dans la foi et dans la communion
Pour changer le monde.
De myriades d'étoiles nous accompagnent en route
Ces mèches de feu, ténues mais perpétuelles, s'illumineront longtemps
Ces yeux attentifs cherchent à communiquer aux nôtres
Leurs immuables reflets lointains.
Les bourreaux peuvent nous torturer, nous exiler, nous tuer, nous assassiner
La nuit impassible s'obstine dans la haine, dans l'injustice, dans le mensonge
Mais, déjà, l'âme de la Pologne est multipliée
Par les dimensions prodigieuses du cosmos, démesurément grandioses.
Ramassons les feuilles mortes
Épreuves douloureuses!
Nous allumons la torche qui éclaire notre chemin
Après chaque culbute
Nos compagnons de route, nos frères, nos sœurs, nos amis se redressent
Nous nous soutenons, nous nous resserrons les coudes.
Nul hiver ne peut empêcher le rameau caduc de bourgeonner
À sa nouvelle frondaison
Et le Printemps de l'humanité souriant
Esquisse ses pas fleuris de lotus
De toute grâce, envolés.

Puissé-je avoir le bonheur d'accorder la note Espérance
À la Marche chorale intitulée: Ma Polska insoumise
Chanter avec Solidarność, je ne chante pas seul
La nuit féroce refluera, face à l'Aurore...

Noël 81
Nguyên Hoàng Bảo Việt

Original en vietnamien: ‘’Hát Với Solidarność’’
extrait du Recueil de Poèmes ‘’ Dấu Tích Phượng Hoàng ‘’
version française par Mme Hoàng Nguyên
extrait du Recueil de Poèmes ‘’ l’Empreinte du Phénix’’
Editions Bạn Văn Paris 2008
version anglaise par Nguyên Hoàng Bảo Viêt
version polonaise par Mme Małgorzata Bąbelek (Gosia Babelek)

1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Quân Sử Việt Nam (TOP)